Quoi de neuf...

Gestion de la fatigue au travail

Les employeurs et les superviseurs devraient s’intéresser à l’impact de la fatigue sur le milieu de travail, car elle peut être considérée comme une forme d’incapacité et, du même coup, comme un facteur de risque.

Cependant, les niveaux de fatigue ne peuvent pas être mesurés ou quantifiés facilement; il est difficile de déterminer précisément l’effet de la fatigue sur les taux d’accidents et de blessures.

La sensibilisation et l’observation des changements de comportement aident à reconnaître la fatigue.

Les facteurs qui peuvent influer sur la fatigue comprennent notamment :

  • l’organisation des horaires de travail en rotation,
  • les charges de travail équilibrées,
  • le moment choisi pour les tâches et les activités,
  • la disponibilité des ressources et l’environnement de travail (p. ex. éclairage, ventilation, température).

Certaines études ont révélé que lorsque des travailleurs obtiennent moins de 5 heures de sommeil avant de travailler ou que ceux-ci demeurent éveillés pendant plus de 16 heures consécutives, le risque de commettre des erreurs causées par la fatigue au travail augmente considérablement.

Ces études montrent que le nombre d’heures sans sommeil est comparable au taux d’alcoolémie. Selon une étude :

  • 17 heures sans sommeil équivalent à un taux d’alcoolémie de 0,05
  • 21 heures sans sommeil équivalent à un taux d’alcoolémie de 0,08 (limite légale au Canada)
  • de 24 à 25 heures sans sommeil équivalent à un taux d’alcoolémie de 0,10

La fatigue est jugée comme ayant une incidence sur le rendement au travail. Le ministère du Travail de l’Alberta* signale que la plupart des incidents surviennent lorsque les personnes sont plus sujettes à la somnolence – entre minuit et 6 h et entre 13 h et 15 h.

Le ministère du Travail de l’Alberta indique aussi que la fatigue affecte chaque personne différemment, mais qu’elle peut accroître l’exposition des travailleurs à des facteurs de risque en :

  • réduisant le fonctionnement mental et physique,
  • affectant le jugement et la concentration,
  • diminuant la motivation,
  • ralentissant le temps de réaction,
  • augmentant les comportements dangereux.

*Source : Fatigue, Extended Work Hours, and Workplace Safety (février 2017) [en anglais seulement]. Ministère du Travail de l’Alberta.